Les prévenu.e.s

Wilfried Gay đź’¬

Wilfried Gay

En procès :

Ă€ Nevers (58) – le 20/12/2019

TĂ©moignage :

Pourquoi dĂ©crocher le portrait de Macron ? La pensĂ©e qui raisonne dans mon esprit depuis bien longtemps est: « l’humain est en train de s’autodĂ©truire en dĂ©truisant le seul environnement dans lequel il peut Ă©voluer pour vivre » Ce système de recherche permanente de profits financiers au dĂ©triment de la nature et des ĂŞtres humains met Ă  mal notre vie commune : le capitalisme nous tue.

Je m’appelle Wilfried. J’ai 38 ans. Le 20 dĂ©cembre prochain, avec Marion, Marie-Claire et Karima, je vais comparaĂ®tre pour la première fois devant un Tribunal.

Notre délit ? Avoir le 24 Juillet 2019, soustrait 2 portraits du Président de La République Emmanuel Macron, des mairies de Magny-Cours et Gimouille (Nièvre).

Pourquoi dĂ©crocher le portrait de Macron ? La pensĂ©e qui raisonne dans mon esprit depuis bien longtemps est: « l’humain est en train de s’autodĂ©truire en dĂ©truisant le seul environnement dans lequel il peut Ă©voluer pour vivre » Ce système de recherche permanente de profits financiers au dĂ©triment de la nature et des ĂŞtres humains met Ă  mal notre vie commune : le capitalisme nous tue.

Je milite depuis plus de 8 ans dans des espaces politiques et citoyens. En juillet dernier, j’ai rejoint ANV-COP21; le critère de non-violence Ă©tant fondamental pour moi dans mes engagements, je me suis retrouvĂ© dans ce principe. Le pouvoir politique en place n’entend pas les colères, les mobilisations,les revendications. C’est pourquoi, face Ă  l’urgence climatique et sociale d’autres formes d’actions s’imposent. La dĂ©sobĂ©issance civile me parait lĂ©gitime pour interpeller les citoyens et les pouvoirs politiques.La campagne nationale « DĂ©crochons Macron », vise Ă  dĂ©crocher 125 portraits prĂ©sidentiels (correspondant au nombre de jours qu’il a fallu cette annĂ©e Ă  la France pour dĂ©passer son empreinte Ă©cologique) dans le but d’interpeller le PrĂ©sident de la RĂ©publique et le Gouvernement sur leur inaction en matière climatique et sociale. En septembre 2018, Monsieur Macron reçoit de l’ONU le prix de « Champion de la Terre » : un titre rĂ©compensant la diplomatie mais certainement pas les actes.
Dans le discours du PrĂ©sident, « L’acte 2 du quinquennat sera centrĂ© sur l’Ă©cologie » avec la crĂ©ation du Haut Conseil pour le climat, du Conseil de dĂ©fense Ă©cologique, la mise en place d’une Convention citoyenne pour le climat : autant de « coups de com’ » et d’effets d’annonces qui aujourd’hui ne suffisent pas face Ă  l’urgence climatique. Face Ă  L’Affaire du Siècle oĂą 4 ONG avec le soutien de plus de 2 millions de personnes ont dĂ©cidĂ© d’attaquer l’État français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques, la rĂ©ponse du Gouvernement a Ă©tĂ© : « Nous rĂ©cusons l’accusation d’inaction climatique »

Et pourtant en France, les mesures prises par nos reprĂ©sentants politiques ne suffisent pas face Ă  ce qu’impose l’urgence climatique : retard sur les objectifs climatiques, accord sur le CETA , suppression de la ligne Perpignan-Rungis qui va remettre sur la route des dizaines de milliers de camions par an, report de l’interdiction du glyphosate sous pression des lobbies, privatisation des barrages hydrauliques, privatisation d’ADP, dĂ©passement du seuil europĂ©en de dioxyde d’azote… Tous les effets de manche de ce Gouvernement ne sont lĂ  que pour faire gagner du temps, en retardant ainsi les dĂ©lais pour agir concrètement.

Mais aujourd’hui, nous n’avons plus le temps.

Les alertes du GIEC et des chercheurs en biodiversitĂ© qui rĂ©sonnent depuis une trentaine d’annĂ©es sont aujourd’hui des cris d’alarme. 1/3 des espèces vĂ©gĂ©tales et animales sont menacĂ©es de disparition. Si je prends l’exemple des espèces de singes : sur les 504 rĂ©pertoriĂ©es Ă  travers le monde, les Âľ sont en dĂ©clin et 60% en risque d’extinction Ă  cause de la destruction de leur habitat par l’Homme. Un autre exemple les abeilles, dont scientifiques comme apiculteurs constatent le dĂ©clin, avec des taux de mortalitĂ© alarmants qui ont pour consĂ©quence une baisse drastique de la production de miel (du jamais vu en 70 ans), le plus inquiĂ©tant Ă©tant que sans abeilles, pas de pollinisation. L’abeille contribue Ă  la reproduction de 80% des espèces de plantes Ă  fleurs : c’est donc une alliĂ©e indispensable dans le maintien de l’Ă©quilibre des Ă©cosystèmes et de notre agriculture ; sa disparition laisse entrevoir des consĂ©quences catastrophiques notamment sur le plan alimentaire. Il s’avère que la perte de la biodiversitĂ© constatĂ©e est majoritairement imputable Ă  l’activitĂ© humaine : au cours du dernier siècle, le rythme des extinctions des espèces a Ă©tĂ© + de 100 fois supĂ©rieur au rythme qu’il aurait Ă©tĂ© sans l’activitĂ© humaine.

Voici le futur qui se dessine inĂ©luctablement si les dirigeants de ce monde continuent de pas prendre de mesures radicales qui s’imposent face Ă  l’urgence climatique et sociale : catastrophes climatiques extrĂŞmes, disparition de milliers d’espèces vĂ©gĂ©tales et animales, dĂ©placements forcĂ©s des populations… toutes les consĂ©quences de cette crise climatique toucheront les populations les plus pauvres et les moins responsables de cette crise.Des scientifiques osent mĂŞme affirmer que sans rĂ©action immĂ©diate, nous allons vers une 6ème extinction de masse. L’Humain fera-t-il partie des survivants ? Et dans quelles conditions ? Face Ă  cette urgence, comme de nombreux citoyens d’ici et Ă  travers le monde, il ne m’Ă©tait pas possible de rester sans rien faire. J’ai donc dĂ©cidĂ© d’interpeller la population et les responsables politiques par cet acte symbolique et non-violent.

Le monde d’aujourd’hui est si merveilleusement fait que pour un portrait Ă  9.90€ pièce, je risque 5 ans de prison et 75 000 € d’amende tandis que pour exterminer les espèces vivantes, les dirigeants de ce monde ne risquent rien. Mais peu importe les risques que j’encours, tant que l’inaction climatique et l’injustice sociale seront les marqueurs des politiques des gouvernants, je continuerai d’agir lĂ©gitimement dans les actions non-violentes pour alerter dans l’intĂ©rĂŞt de tous.

Ensemble faisons du 20 DĂ©cembre le procès de l’inaction climatique et sociale du Gouvernement de Macron. Changeons le système, pas le climat !