Les prévenu.e.s

Emma Chevallier đź’¬

Emma Chevallier

En procès :

Ă€ Paris (75) – le 11/09/2019

TĂ©moignage :

Qu’est-ce que je risque ? D’écoper d’une amende de 75 000€ et de 5 ans de prison. Mais je risque surtout et je ne suis pas la seule, vous et vos enfants aussi, de connaître : plus de canicules, plus de cancers, des pénuries d’eau, des famines, des guerres, des maladies, des catastrophes naturelles de grande ampleur…

Je m’appelle Emma et je serai jugĂ©e Ă  Paris pour vol en rĂ©union, devant la 16e chambre, chambre rĂ©servĂ©e notamment aux affaires terroristes, et tenez vous bien – le procès aura lieu le 11 septembre. Et ce n’est pas fini, le BLAT (Bureau de Lutte Anti Terroriste) a Ă©tĂ© mobilisĂ© sur cette affaire.
Mon délit : avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron (d’une valeur de 8,70€), à la mairie du Ve arrondissement de Paris de manière non-violente avec d’autres citoyen·nes engagé·es pour le climat du mouvement ANV-COP21.

Qu’est-ce que je risque ? D’écoper d’une amende de 75 000€ et de 5 ans de prison. Mais je risque surtout et je ne suis pas la seule, vous et vos enfants aussi, de connaître : plus de canicules, plus de cancers, des pénuries d’eau, des famines, des guerres, des maladies, des catastrophes naturelles de grande ampleur…

Pourquoi j’ai décroché Macron ?
J’ai décroché Macron parce qu’il ne protège pas sa population.
J’ai décroché Macron pour montrer qu’il n’est pas le leader mondial du climat comme il le prétend, et qu’il décroche complètement des engagements pris à la COP21. La France émet de plus en plus de CO2 chaque année !
J’ai décroché Macron parce qu’il est sourd face aux 2 millions de personnes qui ont signé l’Affaire du siècle, ce recours en justice déposé par 4 ONG françaises contre l’État pour inaction climatique, aux jeunes qui font la grève le vendredi dans l’espoir d’un avenir dans des conditions de vie décentes, aux gilets jaunes qui demandent plus de justice sociale.
J’ai décroché Macron parce qu’il ne dit pas la vérité sur la gravité du dérèglement climatique et les conséquences réelles que cela pourrait avoir sur les citoyen·nes français·es.
J’ai décroché Macron parce que derrière les chiffres mentionnés dans les rapports scientifiques, il y a des vies humaines.
J’ai décroché Macron parce que j’ai peur pour mon avenir, celui de mes parents, de mes frères et sœurs, de ma famille, de mes ami·es.
J’ai décroché Macron, pour lancer l’alerte. Nous devons réagir ! Alors qu’en ce moment-même, la forêt amazonienne brûle, une transition douce n’est plus envisageable. Les énergies renouvelables (très peu mises en place en France) ne pourront de toutes façons pas couvrir nos besoins énergétiques actuels. Sans parler de l’effondrement de la biodiversité, qui est non seulement cruel et sinistre mais qui condamne aussi l’espèce humaine. Sans abeilles, sans poissons, nous ne pouvons pas survivre. 
Heureusement il existe des solutions déjà pensées et expérimentées par des ingénieur·es, des scientifiques, des porteur·euses d’alternatives, des citoyen·nes depuis plusieurs années et qui donnent à voir un monde plus désirable. Un monde fait de plus de sens, de justice, d’intelligence collective, à l’écoute de l’autre, du vivant.

Pourquoi le portrait du président de notre petit pays la France ?
Parce que la France, malgré sa petite taille, fait partie des pays les plus responsables du dérèglement climatique. Nos émissions de gaz à effet de serre grandissantes impactent déjà des milliers d’humains dans le monde. De plus la France a un rayonnement important en Europe et si la France se bouge, cela peut donner envie à d’autres pays de se lancer. 
Enfin, chaque dixième de degrés compte et nous avons très peu de temps.

C’est pourquoi malgré la répression que l’on subit (57 décrocheur·euses à être poursuivi·es dans 17 procès, 74 perquisitionné·es, 900 heures cumulées de garde à vue), les actions continuent : 128 portraits ont été décrochés et ont défilé dans la rue hier en marge du G7 ! Nous continuons aussi avec Alternatiba, de promouvoir les formidables alternatives qui existent déjà. Nous marchons sur nos deux jambes : nous nous opposons et nous proposons.

Bien sûr que j’aurai la boule au ventre le jour du procès mais je serai déterminée car alors que M. Macron et son gouvernement défendent des symboles, je défends la vie.

Le 11 septembre, je vais avoir besoin de votre soutien, nous allons mes co-prévenu·es Cécile Marchand, Pauline Boyer, Félix Vève, Etienne Coubard, Marion Esnault, Alma Dufour, Thomas Galtier et moi avoir besoin de votre soutien !

Merci les ami·es !

➡️ Viens pour la grande mobilisation au procès le Jour J : https://www.facebook.com/events/878973822436322/ 
➡️ Contribue financièrement à l’organisation de cette journée de mobilisation : alternatiba.eu/paris/proces
➡️ Et partage un maximum ce témoignage !