Les prévenu.e.s

Thomas Galtier ????

Thomas Galtier

En procès :

À Paris (75) – le 11/09/2019

Témoignage :

Pour protester contre l’inaction irresponsable du président, j’ai agi de manière symbolique : j’ai décroché le portrait du président qui décroche des Accords de Paris. J’ai décroché son portrait, car à mes yeux on ne devrait pas célébrer un président qui met son peuple en danger en lui laissant vivre les conséquences du réchauffement climatique. J’ai décroché son portrait, car ce président nous met en danger par son inaction !

Je m’appelle Thomas Galtier, j’ai 29 ans je vis à Paris.

Quand j’étais tout jeune, le constat du réchauffement climatique était déjà là. Que ce soit dans les journaux, à l’école, ou parmi mes proches, on me disais déjà “plus tard, pour éviter les conséquences du réchauffement climatique, il va falloir polluer moins : il va falloir changer de mode de vie”. 20 ans plus tard j’attends toujours.

J’attends toujours mais avec colère, car on sait tous qu’il faudrait changer de mode de vie mais on fait tout l’inverse… Pourtant la communauté scientifique ne cesse de tirer l’alarme et aujourd’hui, le constat à de quoi faire peur. La biodiversité, la vie, se meure. Un rapport de WWF, estime qu’en 40 ans les populations d’animaux sauvages ont réduit de 50 %. 50 % ! Nous avons déjà tué la moitié de la vie sur Terre ! D’ici la fin du siècle, 2/3 des Européen·e·s vivront des épisodes climatiques extrêmes : vague de chaleurs à plus de 50°C, inondations, incendies. Les vagues de chaleurs à plus de 50°C, parlons-en car c’est elles qui feront 99 % des victimes du réchauffement climatiques. Avec de telles vagues de chaleur, peu de cultures alimentaires résisteront, elles tueront aussi nos rendement agricoles. Dans un scénario à +3,5°C on estime que les rendements du blé pourraient chuter de 50 %, et que des zones rizicoles majeures serons submergées. Donc, si nous ne réagissons pas, nous tuerons peut-être encore une autre moitié de la vie, celle des 9 milliards d’être humains qu’il faudra nourrir…

Voilà notre avenir. Si nous réagissons pas la planète sera tout simplement invivable.

Cet avenir là, je n’en veux pas. Pour l’éviter il faut agir vite. D’après le GIEC il nous reste 10 à 12 ans pour faire un changement drastique de mode de vie. Nombreux·ses sont celles et ceux qui l’ont compris car la pétition de l’Affaire du siècle a recueilli plus de 2 millions de signatures ! Je m’attendais à ce que cela fasse bouger nos gouvernants, mais non : plus de 2 millions ce n’est pas assez pour notre président qui n’a pas bougé d’un pouce sur les questions climatiques. Sa politique écologique n’a aucun effet sur les émissions de gaz à effets de serre qui augmentent encore et toujours, mais il ne s’en inquiète pas. Ce gouvernement pense être sur la bonne route, mais nous emmène droit dans le mur.

Pour protester contre l’inaction irresponsable du président, j’ai agi de manière symbolique : j’ai décroché le portrait du président qui décroche des Accords de Paris. J’ai décroché son portrait, car à mes yeux on ne devrait pas célébrer un président qui met son peuple en danger en lui laissant vivre les conséquences du réchauffement climatique. J’ai décroché son portrait, car ce président nous met en danger par son inaction !

Pour ces actes symboliques et non-violents, je subis une répression dont l’ampleur me surprend. Je ne m’y attendais pas mais contre des actes écologiques symboliques, les procureurs sont prêt à engager beaucoup de moyens. Pour ma part, j’ai été convoqué, placé en garde à vue, et mon dossier est aujourd’hui géré par le BLAT : le Bureau de Lutte Anti-Terroriste… et oui. J’avoue que, quand je l’ai appris, j’ai oscillé entre rire et consternation. C’est tellement ridicule d’employer tous ces moyens contre des militant·e·s écolos. On n’est pas des criminel·le·s, on ne cherche que le bien commun, je le rappelle. Mais c’est consternant de voir que le BLAT passe du temps sur une affaire aussi bénigne plutôt que sur des affaires de terrorisme… Bref je ne pensais pas non plus finir en procès mais si.

Je suis sorti de ma garde à vue avec une convocation en procès au tribunal d’instance de Paris le 11 septembre prochain. Mon dossier sera instruit par la 16ème chambre du tribunal. Là encore, chambre habituellement spécialisée sur des affaires de terrorisme.

Des écolos au milieu des terroristes, franchement… mais qu’est-ce qu’on fout là ?