Les prévenu.e.s

MichaĂ«l Kugler 💬

Michaël Kugler

En procĂšs :

À Strasbourg (67) – le 26/06/2019

TĂ©moignage :

Ce qui devrait choquer, ce n’est pas que le portrait de notre prĂ©sident ne soit pas Ă  sa place, bien au chaud dans la mairie, entre 4 mur . Non, ce qui devrait choquer, c’est le paysage de dĂ©solation qui l‘entoure : les forĂȘts coupĂ©es, la terre stĂ©rilisĂ©e, et le dĂ©sarroi des habitant·e·s.

Le 5 mars 2019 avec un groupe de militant·e·s Ă©cologistes, nous avons sorti le portrait d’Emmanuel Macron de la mairie de Kolbsheim pour l’emmener sur le chantier du Grand Contournement Ouest (GCO).

Le message qui nous tenait Ă  cƓur est que l’urgence climatique est rĂ©elle, visible pour qui veut sortir de son bureau et ouvrir les yeux, et qu’un changement drastique de politique est nĂ©cessaire dĂšs maintenant. A ce message, la seule rĂ©ponse des instances de la RĂ©publique française est la rĂ©pression : gardes Ă  vue, perquisitions, interrogations, intimidation et procĂšs. Cette rĂ©ponse affligeante met en valeur les prioritĂ©s de l’Etat : la prĂ©servation des intĂ©rĂȘts des multinationales et du systĂšme plutĂŽt que la rĂ©solution du problĂšme mis en lumiĂšre.

En ce qui concerne notre trio alsacien, le procureur a dĂ©cidĂ© de nous poursuivre en justice (malgrĂ© qu’il n’y ait pas de plainte de la mairie) uniquement Ă  partir d’une photo. Or sur cette fameuse photo, ce qui devrait choquer, ce n’est pas que le portrait de notre prĂ©sident ne soit pas Ă  sa place, bien au chaud dans la mairie, entre 4 murs. Non, ce qui devrait choquer, c’est le paysage de dĂ©solation qui l’entoure : les forĂȘts coupĂ©es, la terre stĂ©rilisĂ©e, et le dĂ©sarroi des habitant·e·s. Mais tout ça, le procureur, Ă  l’instar des autres bureaucrates de l’Etat, a choisi de ne pas le voir pour se focaliser sur un portrait qui n’est pas restĂ© Ă  sa place. En un mot, quand le doigt montre le ciel, l’imbĂ©cile regarde le doigt.

J’ai eu, en retour Ă  cette annonce de procĂšs, beaucoup de soutien, et du fond du cƓur merci Ă  vous tou·te·s. Certain·e·s m’ont dit : « C’est bien, continue, on compte sur toi ! ». Je suis dĂ©solĂ©, mais non, vous ne pouvez pas compter sur moi ! A moi seul je ne peux arrĂȘter le GCO, inflĂ©chir les dĂ©cisions de l’Etat, changer le monde. A nous tou·te·s nous le pouvons. Alors disons plutĂŽt « Tu n’es pas seul, ensemble on y arrivera, on compte sur nous ! »

Évidemment, moi, je continuerai Ă  dĂ©noncer, Ă  montrer ce qu’on ne veut pas voir, et Ă  batailler contre les dĂ©rives de la sociĂ©tĂ©. Toujours pacifiquement, avec respect, en Ă©tant fiers de nos actions. Car se sont nos valeurs qui nous obligent Ă  agir. Quelque soit le prix juridique Ă  payer, il ne sera rien en comparaison du prix que nous payerons collectivement pour notre inaction. Que la justice des Hommes nous juge, le reste nous appartient.