Les prévenu.e.s

Lucille Auger đź’¬

Lucille Auger

En procès :

Ă€ Strasbourg (67) – le 26/06/2019

TĂ©moignage :

Parce que je veux protéger mon copain, ma famille, mes ami·e·s, chaque personne dans ce monde mais aussi les animaux et la nature, j’ai participé à une action de décrochage du portrait du président de la République pour dénoncer son inaction climatique et sociale.

Dans ma vie, j’aime les rires, les sourires, et la bienveillance me tient Ă  cĹ“ur, tout comme ĂŞtre avec mon copain, voir ma famille, passer des moments avec mes ami·e·s, faire de belles rencontres. J’ai aussi une grande admiration pour la nature qui nous a façonné·e·s et nous fait vivre. J’aime sentir son air pur, me balader Ă  travers la forĂŞt, me laisser bercer par la mer. Parce que j’ai voulu dĂ©fendre ces choses, j’ai un procès le 26 juin.

Il y a peu, parce que je veux protéger mon copain, ma famille, mes ami·e·s, chaque personne dans ce monde mais aussi les animaux et la nature, j’ai participé à une action de décrochage du portrait du président de la République pour dénoncer son inaction climatique et sociale. Cette action s’inclue dans les différents réquisitions de portrait du président de la république effectuées par ANV Action non-violente COP21 .

Nous avons emmené le portrait sur le chantier pour lui montrer le désastre du #GCO et, pour cette action, Michaël Kugler, Sylvain Metz et moi sommes convoqué·e·s devant le tribunal le 26 juin.

Parce que nous refusons la violence physique et psychologique qui sont perpétuées sur les citoyen·ne·s par l’Etat et parce que nous refusons la destruction de la nature, nous sommes convoqué·e·s devant la justice le 26 juin.

Venez nous soutenir un peu avant 8h30 au Tribunal de Grande Instance de Strasbourg le 26 juin.

Pour info, je vous rassure, le portrait n’a pas été violenté physiquement. Malheureusement, il a eu un choc psychologique important à la vue du désastre du GCO.