Les prévenu.e.s

Anne Sophie Trujillo-Gauchez ????

Anne Sophie Trujillo-Gauchez

EN procès :

À Bourg-en-Bresse (01) – le 28 mai 2019

Témoignage :

« Je suis convoquée le 28 mai à Bourg en Bresse devant le tribunal correctionnel, et j’avais envie de partager ces quelques réflexions avec vous…

J’ai 3 enfants, et l’aîné fête ses 21 ans en ce mois de mai. Les anniversaires à cet âge là, c’est un appel vers le futur, vers la vie de demain.
Mais bon, quel futur… je ne sais pas trop à quoi il va ressembler en fait…
A l’automne dernier, le rapport du GIEC m’a fait l’effet d’une douche froide quant à l’avenir qui se profile à cause du dérèglement climatique qui est en train de bouleverser nos environnements, nos vies…
… et cela sans que nos dirigeants ne prennent conscience de l’urgence dans laquelle nous nous trouvons, et qu’ils s’acharnent plutôt sur les militants du climat : 5 procès à venir, dont celui pour lequel je suis convoquée…

A quoi pourrait-il ressembler ce monde dans lequel mes enfants vieilliront, dans lequel ils auront peut-être eux même des enfants ?
Un monde à +3°, voire 4°, où – s’ils sont encore dans le Beaujolais – les canicules seront là. Chaque été durant de longs jours. Où les orages, les précipitations seront monnaie courante. Où la pollution de l’air les obligera à porter un masque en ville. Un monde où les oiseaux, les abeilles et les papillons seront devenus rares…

Et c’est bien pour éviter ce monde là, qu’avec ANV Action non-violente COP21 et Alternatiba – Beaujolais Val de Saône – 69 j’ai mené en mars dernier cette action symbolique de réquisition du portrait présidentiel à Jassans. Parce que les marches, les pétitions n’ont pas l’air de suffire à la prise de conscience de l’urgence urgence climatique. La fenêtre d’actions pour éviter le pire se referme doucement. Le temps est compté. C’est maintenant que nous devons « changer le système, pas le climat ».
Alors être poursuivie alors qu’aucune dégradation n’a été commise, c’est étonnant, et on se dit que décidément toucher les symboles, de manière 100% non-violente, c’est peut-être cela qui amènera les prises de conscience…

Mon souhait est que ce procès serve à alerter l’opinion et à faire passer un message sans violence, même si pour cela je me retrouve devant un tribunal et que je risque tout de même 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Alors, j’ai besoin de vous. Pour montrer que nous sommes nombreux à avoir déjà conscience de cette urgence. Pour refuser l’inaction. Pour dire qu’il est encore temps !
Partagez ce [témoignage] avec vos amis, venez le 28 si vous pouvez, ou signez ici pour montrer votre soutien.

Soyons nombreux pour ce procès de l’inaction politique pour le climat,
et pour laisser nos enfants vivre dignement leur bonhomme de chemin futur. »